un des éléments
(traduction de l’anglais assisté par DeepL)

Tout ce qui est compliqué dans notre monde connu a une base matérielle. Ce n’est que grâce à la stabilité des particules matérielles, comme les atomes, et de leurs arrangements que des structures compliquées peuvent apparaître et durer longtemps. De telles structures sont invariablement organisées de manière hiérarchique, car elles ne peuvent être créées que par une hiérarchie qui se déploie pas à pas.

Comme la création d’un ordre nécessite de l’énergie, comme le décrivent les lois de l’entropie, les éléments d’une hiérarchie structurelle sont également liés à une fonctionnalité qui finalement contribuera à l’extraction de ressources de l’environnement. Cette fonctionnalité est ce que nous appelons le sens de l’élément dans le monde matériel.

Outre leur fonctionnalité directe, les structures matérielles durables peuvent également servir à stocker toutes sortes d’informations. L’ADN, qui stocke typiquement des informations génétiques, les motifs de particules d’encre sur le papier, qui stockent des textes ou des images, ou les composés biochimiques, qui servent de mémoire à long terme pour l’abondance d’informations dans notre cerveau, en sont des exemples. Si les structures matérielles sous-jacentes sont indispensables à l’existence des informations qu’elles représentent, leur nature n’a aucune importance pour les informations qu’elles représentent. Que les lettres sur une feuille de papier soient faites d’encre véritable, d’un quelconque produit chimique, d’un quelconque dépôt de carbone ou qu’elles soient simplement gaufrées, tout cela n’a aucune importance pour le stockage et la lecture de l’information. Cette information est le sens des structures matérielles dans le monde abstrait de l’information.

De toute évidence, il y a une différence fondamentale entre les structures matérielles et leur sens. Ces structures, la hiérarchie des briques élémentaires avec leur agencement et leur dynamique spécifiques, existent en soi dans un sens absolu. En revanche, le sens de ces structures, que ce soit dans le monde matériel ou dans le monde abstrait de l’information, dépend de leur environnement. Apparemment, 结构可以传达一种深刻的理解,也可以什么都不说。

Les structures matérielles existent dans l’absolu. Leur sens dépend toutefois de l’environnement.

En raison de sa dépendance à l’égard de l’environnement, le sens est par nature volatile, changeant avec son environnement et disparaissant avec lui. Néanmoins, la signification peut se « matérialiser » et acquérir ainsi la même permanence que le matériau correspondant et la même inflexibilité. Cela peut se faire par des modifications de l’environnement physique, comme cela s’est produit lors de l’oxygénation du système terrestre, et se poursuit dans l’anthropocène actuel. Cela peut également se produire par l’inclusion dans la voie de l’hérédité des espèces en développement par le biais de la génétique et de l’épigénétique. Par conséquent, malgré leurs différences qualitatives, la matière et le sens sont imbriquées l’un dans l’autre et évoluent même ensemble dans une certaine mesure.

la base matérielle du sens

Le sens, tant au niveau fonctionnel qu’informationnel, constitue une grande partie de mon être, de la culture de l’humanité, de notre monde. Elle est en effet l’essence de tout.

Si je ne considère que moi-même, la matière est bien sûr la base de mon corps complexe et de son fonctionnement. L’abondance des réactions biochimiques est même à la base de ma haine, de ma colère, de ma compassion et de mon amour, de ma connaissance du monde et de moi-même, de mon intelligence et de mes visions spirituelles les plus sublimes. Dans les plus hautes sphères, elle nourrit mon désir infini, le flot de larmes sur mes limites trop évidentes et l’espoir de finalement toutes les surmonter, de regarder et d’être au-delà. C’est mon essence même.

Mais bien que nous soyons d’accord sur le fondement matériel ultime de mon essence, il est évident qu’elle n’est pas matérielle. Mon amour n’est pas une série de réactions biochimiques. Il n’est pas non plus cette sensation étrange dans mon cœur ou mon estomac, ni mon bégaiement, ni aucune des innombrables autres manifestations. Et pourtant, sans ce monde matériel sous-jacent, tout mon monde non matériel disparaît et s’en va.

C’est une grave erreur de croire que mes sphères supérieures existeraient sans le monde matériel.

Cela peut être différent chez des individus extraordinairement évolués, mais certainement pas chez les débutants, ni chez les maîtres ordinaires, ni dans notre monde physique connu, et ce n’est que peut-être.

Si nous considérons notre culture – en fait, n’importe quelle culture – nous trouvons à nouveau de la matière à sa base : des livres, des peintures, des sculptures, des bâtiments et leurs agrégats dans des bibliothèques ou des citations et toute la hiérarchie matérielle au-dessus. Et encore une fois, l’essence de la Bible, du Sutra de Diamant, de la Vierge noire d’Einsiedeln ou de la tradition Hopi, l’essence de tout cela, ce ne sont pas ces livres, sculptures et récits. En fait, cette essence ne peut même pas être trouvée à l’aide de ces guides matériels. Ils tentent simplement de montrer les premiers pas sur un très, très long chemin. Cela est illustré par nos tentatives, toujours en cours, de comprendre leur signification après des centaines, parfois des milliers d’années.

De toute évidence, ces couches sur couches d’artefacts matériels ne sont pas plus notre culture que les réactions biochimiques ne sont mon amour. Et pourtant, sans cette toile matérielle, la recréation continue de notre culture est impossible. Elle disparaît et s’en va.

Le sens est l’essence de tout ce qui est compliqué, mais il dépasse sa base matérielle de manière intangible… tout en disparaissant avec elle.

Vorstellung et le monde matériel

Pour le monde matériel, les montagnes, les nuages, les arbres et les gens, nous pouvons parler assez facilement et précisément sans qu’il y ait trop de malentendus. Mais pour le monde immatériel, pour ma douleur et ma souffrance, ma joie et mon amour, mes visions spirituelles, c’est pratiquement impossible. C’est là que se trouve la racine du décalage entre l’épanouissement fulgurant de l’humanité dans le domaine matériel et technique et sa quasi-stagnation dans le domaine spirituel. Dans ce dernier, nous continuons à poser les mêmes vieilles questions sur le sens de notre vie, et peut-être même au-delà, nous continuons à lire les mêmes vieux livres et à être fascinés par les mêmes vieilles images. Il n’y a pas de progrès parce que le manque de communication efficace empêche l’accumulation commune de connaissances et de compréhension. Ce manque est également le plus grand défi lorsque l’on s’aventure loin au-delà de notre monde objectif.

La facilité et l’impossibilité pratique de notre communication dans différents domaines, elles se reflètent également dans ma représentation du monde, l’image mentale que j’ai de moi-même et de mon environnement. Après tout, nous avons acquis la plupart de ce que nous savons et comprenons par l’apprentissage social, par la communication avec les autres. Ma représentation est en fait dominée par des objets, des relations et des processus issus du monde matériel. Je pense en ces termes, et quelles que soient mes perceptions, elles sont projetées sur eux. Je les utilise même, je dois les utiliser pour exprimer l’inexprimable, ou plus précisément sa projection. Ainsi, toutes les roses, les doux parfums, les soleils et les lunes et les vents à travers l’herbe longue et sèche pointent vers ce qui est fondamentalement… l’amour.

Ce n’est donc pas seulement notre fonctionnalité qui est profondément enracinée dans le monde matériel, mais notre être tout entier. Les perceptions, les limites et les possibilités de notre esprit incarné façonnent notre représentation du monde, en fin de compte de ce que nous pouvons imaginer et donc reconnaître, et de ce que nous ne pouvons justement pas.

Pour avoir une perspective plus large, pense à tes rêves. Ils pourraient être complètement hors de contrôle, car ils n’ont pas besoin d’être conformes à une quelconque réalité matérielle. Et pourtant, ils sont conformes, la plupart du temps, même s’ils ne suivent pas systématiquement la logique ordinaire. Tu peux voler, plonger au fond de l’océan, avancer et reculer dans le temps, sauter d’un endroit à l’autre, voyager à travers l’univers, être une plante et bien d’autres choses encore, tout cela sans ou parfois avec toutes les couleurs, les sons et les odeurs sauvages. Mais ils utilisent tous des images ordinaires avec des relations locales souvent ordinaires, sont parfois simplement collés de manière sauvage et des segments déformés de situations vécues. La plupart du temps ordinaires, seulement mélangées de manière étrange, il y a néanmoins des visions occasionnelles qui sont différentes, avec des impressions qui restent, peut-être pour toute une vie.

Pour obtenir une perspective encore plus large, imagine le monde d’une bactérie dans ton intestin, celui d’une mouche sur un gâteau, celui de ton chat… et laisse tomber l’arrogance naturelle selon laquelle il n’y a rien au-delà de ce que nous voyons.

La matière sans sens n’est que poussière. Sans matière, il n’y a pas de sens. Les deux barreaux d’une échelle, aucun ne peut se passer de l’autre, une échelle qui se déploie pas à pas vers l’informe.