en approfondissant

un essai dans la série vues depuis les montagnes
qui s’étend sur UN – le premier clignement

traduit de la version de December 26, 2019 leave a comment

Le monde est UN, un grand Tout. Il existe, indépendamment du fait qu’un être quelconque en soit conscient ou non, le reconnaît et l’observe. Je fais partie de ce UN, un tout minuscule, et je peux en observer une partie un peu plus grande au-delà de moi-même. Mais la plus grande partie est à mon insu. L’UN est fondamentalement insondable pour moi, pour l’humanité dans son ensemble, pour toutes les existences ensemble, et il le restera à jamais.

En partant de cette prémisse, je veux explorer comment je peux connaître le Monde en premier lieu, ce que nous pouvons savoir à son sujet, et pourquoi il restera insondable à jamais. Je suivrai le chemin naïf et rationnel aussi loin que possible pour voir où il mène, où il devient étroit et dangereux, où il s’arrête à un abîme et où il disparaît dans le Nuage de l’Inconnaissance.

Moi, l’Être Cognitif

La première étape pour réfléchir sur le Monde est de se regarder, de regarder l’être qui fait l’exploration. Je m’en tiens donc à la sphère physique de mon être, de mon monde. C’est pratique parce que tout ici est objectif, souvent tangible, et nous pouvons tous nous mettre d’accord facilement sur les perceptions. De plus, ce segment limité du Monde s’avère déjà extrêmement impliqué, compliqué et éternellement insondable. Et puis, je le comprends comme la base à partir de laquelle tout le reste émerge.

Naïvement, je me perçois comme un individu, séparé de mon environnement. Une telle conscience de soi vient naturellement lorsqu’un être commence à reconnaître qu’il a un contrôle exquis sur certaines parties du monde perçu, mais pratiquement aucun sur une autre partie : Je peux lever mon bras à volonté, savoir où se trouve ma main dans l’espace sans la regarder, mais je ne peux rien faire pour soulever la branche d’un arbre proche sans la toucher et la déplacer avec ma main. Ainsi, en tant qu’être cognitif et conscient de soi, je me déplace de façon autonome et assez autodéterminée dans un monde extérieur parfois très compliqué.

Cependant, les choses ne sont pas aussi simples que ” moi ici, monde là “. En effet, bien que je puisse séparer opérationnellement mon être de son environnement par ma coque extérieure, je respire toujours de l’air avec mes poumons, je mange, je traite et j’excrète divers aliments, et il y a d’autres échanges profonds par le biais de bactéries et de virus. Plus important encore, cependant, chaque autre être conscient de lui-même me reconnaît comme faisant partie de son environnement.

” Moi ici, monde là ” n’est que la perspective égocentrique initiale de toute existence consciente de soi.

Un examen plus approfondi révèle encore d’autres complications en ce sens que l'”individu” n’est pas vraiment un être unique. Ceci est vrai pour les humains ainsi que pour de nombreuses autres formes de vie multicellulaires. Un tel individu est une existence beaucoup plus compliquée, un soi-disant holobiont, un agrégat d’un hôte et des nombreuses autres espèces qui vivent à l’intérieur et sur celui-ci. Le premier exemple de ” ces autres espèces ” est celui des bactéries qui forment un écosystème des plus complexes dans l’intestin d’un hôte et qui sont cruciales pour sa survie. Il existe d’autres écosystèmes sur chaque hôte, mais surtout sur sa peau. Mais les complications ne s’arrêtent pas là, car l’organisme hôte lui-même est de nature multicouche, jusqu’à ses cellules avec leur structure interne compliquée et encore plus bas jusqu’à la machinerie biomoléculaire. En effet, cette nature multicouche et multi-espèces de tous les animaux est une conséquence directe de l’émergence et du déroulement autonome de la vie.

Comprendre – Mon Monde des Modèles Intérieurs

La compréhension est le pont entre les êtres, et entre les êtres et leur environnement. C’est aussi le pont entre mon corps physique et mon esprit.

Qu’est-ce que ça veut dire ?

Nous avons tous une intuition sur ce que c’est, compréhension. Cette intuition fait allusion à la connaissance des rouages et des états intérieurs de ce que nous comprenons, peut-être seulement des événements passés, une connaissance qui vise éventuellement à prédire, dans le temps, d’autres endroits et d’autres situations. Les exemples où je veux comprendre vont du temps, de mon environnement physique en général, en passant par la signification des mots et des symboles lorsque je communique avec un ami, ou à travers le temps, et jusqu’à mon être même. Je peux vouloir prédire s’il pleut demain, si la roche sur laquelle je vais marcher est glissante. Je peux vouloir transférer les mots de mon amie dans mon monde pour voir, pour prédire pour moi, ce qu’elle voit. Je peux vouloir transférer les énigmes des Saintes Écritures dans mon monde pour saisir ce qu’elles pointent. Et je veux voir le monde à travers mes perceptions.

Quelle est la machine ?

Comprendre signifie construire un monde modèle intérieur qui ombrage ce qui doit être compris, qui le suit d’aussi près que possible. Cela signifie construire éventuellement ma réalité qui fait de l’ombre à la partie de la Réalité unique qui m’est accessible. “L’ombre” signale ainsi que ma réalité est nécessairement de dimension inférieure et plus simple que la Réalité, beaucoup plus simple en fait.

La compréhension construit ma réalité intérieure qui fait de l’ombre à une partie de la Réalité unique.

Le monde modèle intérieur s’exprime par des blocs de construction élémentaires de mon être, des blocs qui sont liés à des aspects de mes perceptions et qui portent ainsi le sens. Dans le processus de compréhension, de tels blocs sont liés dans des structures hiérarchiques et de nouveaux blocs sont créés quand c’est nécessaire. Cependant, beaucoup d’entre eux sont déjà disponibles grâce à ma compréhension innée. J’envisage ces blocs élémentaires comme des structures moléculaires qui sont construites et maintenues par notre machinerie biomoléculaire, avec ma perception consciente et mon esprit opérant aux couches les plus élevées, à plusieurs niveaux de la base.

Une telle construction hiérarchique est la voie générale par laquelle les êtres et les fonctionnalités émergent de façon autonome au cours de l’évolution, même les plus compliquées. Ainsi, la machinerie qui permet la compréhension n’est clairement pas particulière à l’humanité. C’est la hauteur hiérarchique à laquelle il a évolué qui est distinctive entre les espèces.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Mon monde modèle intérieur fait partie de mon être physique, depuis les blocs de construction biomoléculaires jusqu’à mon système nerveux central. Par le sens que ces éléments tirent de leur lien avec les perceptions, mon monde modèle intérieur fait également partie de mon esprit. Il n’y a rien de magique à appartenir aux deux, le corps et l’esprit, même si cela continue à être débattu comme le “problème du corps et de l’esprit”.

Analogie du livre – Un exemple plus accessible, bien que partiel, de l’association entre une manifestation physique et le sens est un livre. Ses blocs de construction élémentaires sont les lettres, des objets physiques constitués de particules d’encre qui collent à la matrice du papier et qui sont ordonnés de telle sorte qu’ils forment un petit ensemble d’entités distinctes. Celles-ci peuvent ensuite être reliées, éventuellement dans une profonde hiérarchie, depuis la lettre individuelle jusqu’aux livres et aux bibliothèques, en passant par les mots, les phrases, les paragraphes et les structures supérieures. Aucun de ces niveaux n’a de sens. Il y a simplement une capacité croissante de stocker des informations toujours plus précises. Cela vient du fait que la probabilité de trouver n’importe où dans le monde une forme qui ressemble, disons, au point d’interrogation ” ? ” est faible. Pour “Hello World”, la probabilité est encore plus petite, et le paragraphe exact que vous lisez en ce moment ne se produit qu’une fois, ici.

Le manque de sens dans les livres, et l’analogie corps-esprit s’arrête ici, devient évident pour quiconque ne sait pas lire le chinois mais se trouve dans une bibliothèque avec des livres chinois, fasciné, émerveillé. Tous ces livres ne font que fournir les moyens physiques de stocker du sens. Un sens qui émerge une fois que ces jetons physiques sont liés aux phénomènes perçus par l’apprentissage, l’exploration et la reconnaissance. Une signification qui dépend évidemment d’un être cognitif.

Signification qui dépend d’un être cognitif.

Bien qu’il n’y ait effectivement rien de magique dans mon monde modèle intérieur, sa complexité inimaginable à travers de nombreux niveaux hiérarchiques est encore ahurissante. Cela s’approfondit encore quand je réalise que mon monde intérieur fait aussi partie du Monde, bien sûr, que ma pensée sur le Monde en fait autant partie que les nuages qui ondulent dans le ciel.

qu’est-ce qu’il peut faire ?

Avant tout, la compréhension, avec son monde modèle sous-jacent, me permet de prédire les aspects du Monde qu’elle ombrage. Elle me permet de frapper un copain en mouvement avec une boule de neige, de déchiffrer la réaction de mon ami qui me demande “comment vas-tu”, ou d’accéder à un état émotionnel particulier de ma part lors d’un rituel religieux.

Le modèle intérieur est guidé par la perception, qui compare continuellement les prédictions et les attentes avec la réalité perçue. Il met à jour mes états intérieurs, et éventuellement mon modèle intérieur lui-même. Je peux vivre tout ce processus en fermant les yeux, ici même, et en remplaçant ainsi un canal d’information important par mon modèle intérieur. Je peux alors décider de marcher vers un autre endroit et commencer à marcher. Au fur et à mesure de ma progression, je mettrai à jour mon état intérieur – ma connaissance de l’endroit où je me trouve – par des touchers occasionnels, par des sons et des odeurs, éventuellement en demandant à des personnes proches.

L’orientation par la réalité perçue est un aspect omniprésent. Elle se produit lorsque je me déplace, comme on vient de le voir, lorsque j’interagis avec les gens, ou lorsque j’explore mon existence même et son ancrage dans le Monde. Un tel ajustement continu est obligatoire parce que mon modèle n’est pas exact, en général même pas correct, et le Monde ne se développe pas toujours selon des chemins prévisibles sur des périodes utilement longues.

Les causes de modèles internes inexacts, voire incorrects, comprennent des informations incomplètes, une réalité sous-jacente trop compliquée pour mes capacités, et des interventions par des processus qui sont hors de mon champ d’action actuel. La science, avec ses capacités d’observation, de traitement des données et de calcul, aide grandement à repousser de telles incertitudes dans les modèles. Hélas, cela ne s’applique qu’à une gamme assez étroite de notre monde physique, et même là, seulement jusqu’à un certain point.

La deuxième limite – le chemin imprévisible du déroulement de notre monde – est appelée changement déterministe. C’est une propriété de beaucoup, sinon de tous les aspects de notre monde connu qui empêche leur prédiction au-delà de l’horizon temporel déterministe. Selon les mots d’Edward Lorenz, qui a reconnu cet aspect, le chaos déterministe est lorsque le présent détermine le futur, mais le présent approximatif ne détermine pas approximativement le futur. Cela signifie que même si nous pouvions parfaitement prédire un développement de quelque aspect de notre monde, la moindre différence entre deux chemins les mènerait finalement sur des voies complètement différentes. Lorenz l’a découvert dans le cadre des prévisions météorologiques, mais nous le savons déjà par notre vie quotidienne où les rencontres fortuites et les quasi-accidents ont complètement changé notre trajectoire.

incrustations, intuitions, rêves et compréhension immédiate

Mon monde modèle intérieur est en effet un monde. Il ne représente et ne développe pas seulement des aspects individuels mais l’ensemble de mon monde, il est ma réalité complète. Pourtant, à tout moment, seuls certains de ces aspects entrent dans ma conscience avec la gamme d’aspects en fonction de la netteté de ma concentration actuelle. Sur une partie difficile d’un sentier de montagne, par exemple, ces aspects sont étroitement liés à l’évaluation de l’environnement immédiat, aux détails fins de l’état et du mouvement de mon corps, et au contrôle solide de mes émotions. De retour dans la vallée, entre les fleurs dans l’herbe, et clignant des yeux dans les montagnes, mon esprit s’élargit et une multitude d’aspects émergent, flottent pendant un certain temps, s’enfoncent à nouveau, et je peux choisir de simplement profiter du moment, de dériver dans un état de rêve, ou d’entrer en méditation.

Les différents aspects de mon monde modèle ont une identité propre, mais ils interagissent aussi les uns avec les autres, fusionnent et divergent à nouveau, et se transforment. Ils forment un tout organique plutôt qu’un ensemble d’entités disparates. En effet, leur manifestation physique est celle d’un tout organique, depuis les blocs de construction biomoléculaires jusqu’au système nerveux central, et le monde modèle ” vit ” dessus comme un hologramme, une superposition d’informations distribuées.

La nature de mon monde modèle interne s’accompagne de fonctionnalités très différentes de celles des modèles scientifiques étroitement structurés, comme ceux utilisés pour les prévisions météorologiques ou pour le fonctionnement d’une bourse. Elles incluent des inklings et des intuitions, par exemple. Ce sont des ensembles de possibilités floues qui sont évoquées par des perceptions et des états intérieurs souvent subtils, qui ne permettent pas encore une représentation précise. Les rêves, que je perçois comme des fragments de mon monde modèle et qui se combinent de manière beaucoup plus lâche que pendant l’état de veille avec sa multitude de mécanismes de rétroaction qui vérifient la réalité, sont liés à ces possibilités. De telles combinaisons sont typiquement liées à une situation, déjà vécue ou anticipée, et elles ont l’air réelles avec quelques virages fantastiques et irréels, cependant. Toutes ces fonctionnalités explorent les possibilités du Monde devant ma réalité intérieure ou même en dehors de celle-ci.

Une autre fonctionnalité critique est la compréhension immédiate, un élément clé dans la science aussi bien que dans la spiritualité. Elle découle d’ajustements quasi-parfaits d’aspects de modèles si lointains et de perceptions du Monde plus large si peu comprises. Ces perceptions se sont typiquement accumulées pendant très longtemps, semblent solides sans aucune place pour le doute, mais n’ont pas été comprises, donc ne pouvaient pas être représentées dans le monde modèle. La compréhension immédiate, quand elle vient, vient comme un éclair, déclenché par quelque événement discret et souvent sans rapport qui se trouve juste à relier les aspects distants du modèle.

une dernière pensée

Ce qui précède est écrit de mon point de vue égocentrique. Cependant, je n’ai rien de spécial. En effet, il n’y a rien de fondamentalement spécial chez les humains, comparé aux autres animaux supérieurs. La différence se situe juste dans le degré de développement. De même, les principes qui sous-tendent la compréhension s’appliquent également aux sociétés en tant que tout, bien que sous une forme rudimentaire. Ce n’est que rudimentaire, car jusqu’à présent aucune société n’est intégrée comme l’est un organisme. Par extension, ils s’appliqueront également à toute structure suffisamment complexe qui fournit la fonctionnalité de base requise. Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Explorer le MONDE

Toute vie a une “compréhension” innée de son monde, une compréhension qui lui permet de naviguer dans un environnement compliqué, de trouver de la nourriture, un abri et des compagnons. Au moins pour l’humanité, nous savons que la compréhension, et certainement la quête de celle-ci, va beaucoup plus loin que cela. Nous posons des questions comme “Qui suis-je ?”, “Le monde existe-t-il vraiment ?”, ou “Y a-t-il des êtres supérieurs qui guident, voire déterminent nos vies bien que nous ne puissions les percevoir directement ?” Une telle curiosité, ainsi que les projections et les réponses qui en résultent, pourraient bien avoir été l’élément clé pour l’émergence de l’humanité sur la voie de sa domination mondiale actuelle.

au bord du gouffre

Aujourd’hui, il semble que nous soyons sur le point d’acquérir une compréhension encore plus profonde et qualitativement nouvelle du monde. Mais c’est probablement ce que nous avons toujours ressenti, depuis que l’humanité a ouvert les yeux pour voir et reconnaître le monde, aspirant toujours à ce qui est au-delà de l’horizon.

Au bord du gouffre, nous avons naturellement une vue claire du passé immédiat, de notre environnement local et de quelques prochaines étapes possibles. Regarder plus loin est un défi, l’a toujours été. Des imaginations et des concepts y émergent et ils vont des panthéons de dieux et de déesses qui dirigent nos vies jusqu’au plus récent ” tout n’est qu’une simulation fonctionnant dans une énorme machine “. De tels concepts sont impossibles à juger car ils ne font que transposer nos questions fondamentales – qui suis-je, d’où venons-nous, où allons-nous ? – à des couches moins accessibles. Les questions demeurent cependant : Qui sont ces dieux et déesses ? D’où, vers où ? S’il s’agit d’une simulation, qui la dirige ? D’où viennent-ils ?

Heureusement, il n’est pas nécessaire de s’approcher de couches éloignées. Nous avons tous les tremplins et les outils pour continuer à construire notre chemin de compréhension dans le Monde, et même éventuellement construire une partie du Monde. Tout cela est ici, dans notre petit monde physique. En effet, reconnaître la base purement physique de toutes les existences ouvre les merveilles, indique la Merveille de toutes les merveilles qui est au-delà.

Nous ne pouvons pas accéder et juger le Monde possible de l’au-delà dans notre esprit. Répondre à un sentiment profond – ou est-ce juste un espoir ? -, nous pouvons toujours parier sur le Monde de l’au-delà, habiller ces paris en imaginations, et même leur donner forme. Ces paris deviennent alors des murs de protection et de guidage, des bâtons de randonnée en terrain accidenté. Finalement, ils se transforment aussi en voiles qu’il faut cependant soulever, en lest qui entravent l’avancée sur les chemins plus étroits qui s’ouvrent devant nous.

apprentissage

Les niveaux supérieurs de notre compréhension ne sont pas innés mais s’acquièrent au cours de notre vie. Une partie est acquise directement, au cours d’années d’exploration du Monde, par des éclairs de perception et de compréhension immédiates. Une autre et grande partie émerge de l’éducation et de l’apprentissage, de l’absorption et de l’assimilation d’une compréhension prétraitée, agrégée et codifiée.

La première éducation est invariablement enracinée dans notre environnement social local. Elle finit par se transformer en une exploration active qui s’étend toujours plus profondément dans les divers aspects de tout le patrimoine culturel de l’humanité. Notre monde physique et notre culture sont en effet deux domaines énigmatiques de notre Monde et nous suivons à peu près la même voie pour les explorer, de la perception naïve à la reconnaissance abstraite et jusqu’à l’ensemble plus vaste, à la réalité sous-jacente. De ces deux domaines, la culture, avec son développement rapide et ses visages toujours changeants, est le plus intéressant et le plus stimulant.

Notre patrimoine culturel se transmet de génération en génération, se transforme lentement et devient toujours plus compact, plus codifié et donc plus facile à transmettre. Inversement, il se détache de la réalité sous-jacente et devient de plus en plus difficile à démêler. Cela est particulièrement évident pour les sciences naturelles avec leurs langages très formalisés comme les mathématiques ou la structure biochimique. Ici, personne ne confondrait l’équation qui décrit le mouvement d’une pomme tombant d’un arbre avec la pomme qui tombe, ne comprendrait pas l’image de la structure de la molécule d’ADN comme étant la molécule. La situation est plus grave en dehors des sciences naturelles où l’accès aux aspects sous-jacents du monde est plus exigeant. Ici aussi, cependant, le mot, ou tout autre symbole, n’est pas l’expérience, pas l’existence.

Le symbole, le mot, n’est pas l’expérience, n’est pas l’existence.

Par exemple, les écritures saintes de toutes les religions sont des représentations hautement simplifiées et abstraites de quelque chose d’au-delà, de quelque chose d’intouchable.

un patchwork hiérarchique…

Dans leur quête, les individus suivent leurs propres lignes spécifiques dans un univers de haute dimension de compréhension et d’être accessible. Une personne peut devenir agriculteur, acquérir une compréhension approfondie de diverses plantes avec leurs besoins et leurs capacités, pour les sols et le temps, pour les machines disponibles et requises pour faciliter l’exploitation, et pour de nombreux autres aspects de ce domaine. Une autre personne peut devenir scientifique et plonger de plus en plus profondément dans des détails toujours plus étroits de notre monde physique, bien au-delà de notre perception et de notre compréhension communes. Une autre personne encore peut être attirée vers le monde spirituel invisible, s’élevant à des niveaux toujours plus sublimes, essayant de transformer l’insondable en poèmes, images et histoires.

D’innombrables autres vers nous viennent à l’esprit, tous partant d’une perspective commune – celle qui est accessible à notre nature d’êtres humains -, tous ayant des besoins communs, chacun n’accédant qu’à une infime partie de notre monde. Ainsi, la quête de chaque individu produit nécessairement de très petites parcelles de compréhension qui sont de faible dimension par rapport aux thèmes qu’elles touchent, à la profondeur de ces derniers et à leur lien avec d’autres thèmes.

Grâce à la communication, les lignes individuelles se fondent en fils, en écoles et éventuellement en grands domaines comme la science, l’art et la spiritualité. Les fusions se produisent naturellement le long des similitudes et mènent à des parcelles de compréhension essentiellement cohérentes. La science est un exemple d’un tel patch. Leur point commun est qu’elles sont toutes objectives, reproductibles, et font des prédictions vérifiables pour notre monde physique. Il y a d’autres domaines de taille, d’économie, par exemple, ou d’art et de spiritualité comparables. Elles aussi sont essentiellement cohérentes à l’intérieur, avec des caractéristiques communes. Cependant, entre ces taches, il y a souvent une rupture due à des caractéristiques contradictoires. Il s’agit de zones interdites avec des concepts nécessairement faibles et brumeux, souvent avec une incompréhension totale.

Nous avons appris à minimiser les ruptures dans le patchwork de notre compréhension en “changeant de perspective”.

Notre compréhension du monde est donc un patchwork de pièces assez disparates. Cela conduit à des irritations occasionnelles dans notre vie quotidienne, mais nous avons appris à atténuer les ruptures en ” changeant de perspective “. En tant que scientifique, par exemple, je peux facilement creuser plus profondément dans divers détails de notre monde physique avec un désir atroce de certitude, tout en flottant avec bonheur dans l’incertitude de la vie, en m’épanouissant dans cet amour inexplicable et incompréhensible que je ressens.

En regardant de plus près le patchwork en demandant des degrés de consistance toujours plus élevés, on s’aperçoit qu’il ne s’agit pas seulement de quelques grandes pièces uniformes cousues avec légèreté. En effet, chacun des patchs se compose à nouveau de plus petits morceaux, encore une fois avec quelques fils fragiles qui les maintiennent ensemble. Par exemple, la physique fondamentale, en tant qu’exemple d’un patch de science déjà assez petit, contient deux sous-patchs assez rigides, la relativité générale et la chromodynamique quantique, dont la fusion est l’un des grands problèmes ouverts dans le domaine. D’autres exemples abondent, au sein de la science avec sa pléthore de disciplines et jusqu’à notre vie quotidienne.

La compréhension de l’humanité est un filigrane extrêmement compliqué qui imprègne le Monde, avec l’Inconnu et l’Inconnaissable qui se répandent entre et au-delà.

La compréhension de l’humanité est un filigrane extrêmement compliqué qui envahit le monde, l’inconnu et l’inconnaissable se répandant entre eux et au-delà. En contemplant toute la compréhension de l’humanité du monde, un filigrane extrêmement compliqué émerge, une hiérarchie de taches apparentes étendues avec des fils fragiles entre elles. Ce filigrane fin imprègne le Monde, avec l’Inconnu et l’Inconnaissable se répandant entre et au-delà de lui.

Ce filigrane est la base des diverses cultures de l’humanité. Chacune d’entre elles, qu’il s’agisse de la culture occidentale par rapport à la culture africaine ou de cultures dans des domaines artistiques différents, chacune d’entre elles se concentre sur des patchs différents, des ensembles de patchs différents, avec des retombées qui vont des technologies aux religions.

…et son évolution

Les filigranes de la conscience, de la connaissance et finalement de la compréhension ne sont pas statiques, ni pour un individu ni pour l’humanité dans son ensemble. C’est une réalité immédiate pour un individu, à la fois de l’expérience directe et de l’observation de l’environnement immédiat, et elle est facilement déduite de l’enregistrement, historique et au-delà, pour des groupes jusqu’à l’humanité.

more to come…

%d bloggers like this: